Primaire de gauche – Communiqué de MF Bechtel, députée de l’Aisne, vice-présidente de RM

Dimanche 22 janvier 2017

MF Bechtel, députée de l’Aisne, vice-présidente de République Moderne, soutien d’A.Montebourg, ne suivra pas sa consigne de vote pour le second tour de la primaire de gauche.

Les échecs du quinquennat ont égaré nombre d’électeurs qui, désemparés, ont voulu envoyer un message de protestation contre l’abandon des fondamentaux de la gauche.

Si je comprends ce désarroi, je ne puis partager les conclusions qu’en ont tiré ces électeurs. Je n’acquiesce pas au projet de société de Benoît Hamon qui sous couleur de modernité n’est autre chose que la vieille recette du pansement social sur fond d’appel démagogique aux écologistes, sans aucune vision de l’avenir de notre pays.

Mettre au centre d’un projet « la question sociale et la question écologique » c’est se tromper sur la nature du défi que doit relever la France qui est d’abord économique et international. C’est donc tromper, certes sans le vouloir, les électeurs qui veulent le progrès. Sans une remise en cause de la marche de l’Europe, la France ne pourra assurer sa prospérité économique et ne pourra donc retrouver l’ascenseur social détruit par des années de défaitisme social libéral. C’est pourquoi je ne puis acquiescer au ralliement d’Arnaud Montebourg qui était, à mes yeux, porteur d’un projet radicalement différent.

Quant à Manuel Valls, le fait qu’il n’ait pas mis la détermination qu’on lui connaît au service d’une véritable volonté de redresser le pays, qu’il ait tout accepté d’une Europe qui a abaissé notre démocratie et nos chances de redressement, laisse sceptique quant à un vrai sursaut politique pour l’avenir.

En tout état de cause, le candidat socialiste qui sera désigné au second tour par ceux qui y participeront portera une responsabilité historique car les Français arrivent au bout du cycle de la confiance qu’ils ont pu lui accorder.

Marie Françoise Bechtel