1 commentaire

  1. ANGOT sur 26 mai 2016 à 13h57

    Suite à cette conférence particulièrement de haut niveau, il ne nous reste plus qu’a sortir de l’UE, pour se libérer du carcan des traités TFUE et TUE qui empêchent tte évolution de ces traités, puisqu’il est nécessaire d’obtenir l’aval des 28 états de l’UE pour modifier une virgule de ceux-ci. Les intérets économiques des 28 états étant contradictoires, un accord ne peut jamais être obtenu. Le naïf, mauvaise langue, pourrait croire que cela à été finement et volontairement étudié.
    Nous retrouverions notre souveraineté monétaire, et pourrions éviter la fausse dévaluation qui se traduit par une pression actuellement sur les salaires, pour nous permettre de rester concurrentiel, cela a l’avantage des épargnants, au détriment de producteur.
    Cette hypothèse n’a pas été abordée, sauf brièvement par une allusion à la monnaie commune, sous-entendant l’existence d’une monnaie nationale.
    Le transfert des capitaux devrait être interdit car ils risque de se retrouver en investissement dans les pays en dumping social avec la bénédiction de la Sainte Commission Européenne et son patron Mr Juncker, ou bien même dans les paradis fiscaux européens tel que le Luxembourg, d’ou l’absence d’investissement dans le pays. De même la délocalisation des usines, incitée par les traités TFUE et TUE par l’article interdisant aux états d’empêcher le transfert des bien, se traduit par notre désindustrialisation. Mettre fin à ces deux actions est indispensable pour réindustrialiser notre pays.